Sylvie Loutre | Changement culturel dans l’entreprise; BOP, Business inclusive, impact investment
41357
post-template-default,single,single-post,postid-41357,single-format-standard,mega-menu-max-mega-menu-1,ajax_leftright,page_not_loaded,,select-child-theme-ver-1.0.0,select-theme-ver-2.0,vertical_menu_enabled, vertical_menu_width_290,smooth_scroll,side_menu_slide_from_right,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

« Je m’intéresse à l’avenir car c’est là que j’ai décidé de passer le restant de mes jours. » Woody Allen

« Dans la série métamorphose symbolique, 2eme épisode (pour voir le 1er cliquer ici).

En grec, « psyché », désigne à la fois l’âme humaine et le papillon.

En quoi cela parle de nous ?

Le processus de métamorphose collective est installé. Cela devient plus dangereux de ne pas changer que de changer.

La création de valeur se métamorphose.

Avant la création de valeur était le résultat de l’efficience et de la duplication. L’univers de la distribution, et celui du conseil, en sont les preuves.

En analogie avec la chenille, la vraie métamorphose de l’entreprise n’est pas d’échanger des pattes contre des ailes. Le vrai changement – dans nos organisations–est dans la manière dont nous allons vivre – différemment- appréhender le monde, nous mouvoir dans un environnement élargi et raréfié dans ses ressources.

Pour le papillon l’utilité (impérieuse) de la métamorphose c’est de pouvoir se déplacer vite et loin, se reproduire, voir autrement et mieux.

Pour l’entreprise c’est d’avoir le don d’ubiquité. D’être en même temps ici et ailleurs, de comprendre, inventer, distribuer, gérer le dernier KM.C’est aussi être fluide, faire tomber les murs. Et notamment les murs qui ont poussés entre elle et les initiatives entrepreneuriales du BOP.

Une des 1eres leçons de cette transition c’est d’inventer du business qui ait un impact pour le BOP (Base de la Pyramide), faire changer d’échelle les innovations sociales pour qu’elles deviennent des solutions de marché ( allez voir Olivier Kayser d’Hystra)

Pourquoi j’en parle ?

Parce que l’entrepreneuriat peut rendre le monde meilleur. De plus en plus d’entreprises redéfinissent le contrat social qu’elles ont avec la société.  Elles innovent socialement, comme elles l’ont fait d’abord sur le champ de la technologie.

Et Psyché ? Le papillon dans tout cela ? Sa métamorphose nous apprend que tout change sauf… notre essence. En analogie nous pourrions dire sauf l’âme. L’âme de l’entreprise, l’esprit qui l’anime.

Revenir aux sources, se donner le temps de se connaître s’entendre sur le double objectif d’impact social et de business et s’entendre sur le sens et la mission de l’entreprise voici quelques sujets qui m’occupent et que je prendrai plaisir à partager.

Sylvie Loutre
contact@sylvie-loutre.fr