Plongée en « Symbolie »! Chercher pour que l’intuition jaillisse. Pour que le symbole joue son magnifique rôle de symbolon, ce qui réunit deux termes, deux pôles qui nous paraissaient opposés.

Pour que l’intuition jaillisse … Pour que la conscience soi.Le hasard n’existe pas.

Le moment et le lieu de notre naissance ont une carte… Qui peut être lue dans le ciel. C’est comme si cette carte donnait la configuration de l’accueil à la vie. Cette carte n’est pas l’identité du sujet, mais semble décrire la problématique rencontrée par le sujet.

Le thème de naissance est la photo du premier choc de réalité. Une photo qui décrit l’inconscient familial et collectif rencontré par l’âme. A charge pour elle de se défaire de cet impact pour retrouver la fluidité de la vie.

COMMENT FAUT IL COMPRENDRE L’iNFLUENCE DES ASTRES DANS NOS VIES ?

L’étude du zodiaque, comme toutes les recherches symboliques repose sur 2 notions fondamentales : la loi d’analogie et la loi des correspondances.

Le zodiaque nous dit que le monde du ciel qui est en dehors de nous est tout autant en dedans de nous.

C’est la contrepartie l’un de l’autre.

Nous nous trouvons au milieu sur une crête. D’un côté le ciel intérieur, le même que celui qui est au-dehors.

Si nous regardons les éphémérides c’est parce que nous ne sommes pas encore capables de voir le monde intérieur, les planètes intérieures dans leur propre cycle à l’intérieur de nous mêmes.

Ce monde intérieur, pour le voir, nous le projetons à l’extérieur, souvent vers l’autre.

Chacun des astres représente une de nos énergies spécifiques. L’homme est un système solaire. Il est régi par des lois touchant la science de l’atome, que nous cherchons à définir.

L’atome est un système solaire infinitésimal. 

 Si les astres n’étaient pas au fond de nous  jamais elles n’auraient la moindre influence sur nous.

Restons curieux.

Attention en métaphysique comme en science on n’a pas le droit de dire que l’utilité, le service est un critère de vérité. Un jour on découvre que le concept qui nous a servi, qui nous paraissait être vital, s’effondre. Il était l’esquisse d’un concept encore plus vaste ou profond. Et ce concept va nous servir sur un plan beaucoup plus vaste et beaucoup plus profond.

C’est ainsi que la connaissance des vérités essentielles, ineffables, pour lesquelles nous n’avons pas encore les mots pour les dire peuvent un jour se révéler.

 La loi d’analogie, se vérifie.

Rien ne peut nous atteindre qui ne soit analogique à notre nature.

Je reçois l’autre quand je le perçois, derrière les mots, derrière le jeu des idées parce que j’ai en moi le même ordonnancement.

C’est comme si j’avais en creux, « comme dans un moule » une surface sensible qui reçoit les mots, la logique, la vision du monde de celui qui me parle.

C’est par la même loi d’analogie que je vibre aux talents d’un autre, que moi aussi je possède, ou que je suis allergique à un trait de caractère, que je possède tout autant.

Cette analogie, induit l’idée fondamentale d’un monde qui serait fractal. En réduisant, même à une part infinitésimale, un entier. Sa forme est préservée  ainsi que son organisation, son ordonnancement.

Voir article sur les archétypes de Carl Gustav Jung.

La loi des correspondances produit des synchronicités qui nous transportent. Cette loi des correspondances nous dit que les choses n’arrivent pas uniquement comme un résultat, un effet :  Action => réaction . Elles arrivent aussi de façon simultanée, en synchronicité.

Une réponse à une question ou une solution à un problème arrive, elle fait sens par rapport à la situation. Pourtant elle n’est pas la résultante d’un  acte concret ou d’une volonté. On peut l’appeler «  hasard »,  je préfère l’appeler « synchronicité ».

Chacun possède son horloge intérieure. Nous sommes tous raccordés à une même horloge. Le chaton qui joue à côté de nous, le chêne, chacun ayant son propre temps.

Le temps individuel c’est le temps de notre vie terrestre. Le temps de nos progressions, c’est un temps qui nous est propre et qui ne regarde absolument pas les astres.

Selon les traditions notre horaire à nous, prévu à notre naissance, avant notre naissance, est calculé d’avance. Nous jouons, nous mettons en musique l’horaire chronométré par la loi de l’analogie et de la correspondance.

Les astres ne nous ferons pas vivre un jour de plus que notre horaire en aura décidé et pas un jour de moins.

Donc bannissons l’idée d’influence. Parlons d’une synchronicité entre horloge intérieure et horloge extérieure.

Au bout de 90 ans nos astres ont fait leur circonvolution. Les astres, célestes du ciel continuent leur course. Et nous nous mourrons.Les astres qui passent dans le ciel ne font que nous rappeler ce que nos âmes ont choisi à l’insu de notre mental simplificateur.

Alors nous entrons dans le zodiaque. Nous regardons dans le ciel non pas pour savoir, mais pour lire, et nous souvenir de ce quelque chose que nous savons en profondeur de nous.

Ne cherchons plus, seulement les causes des ces événements qui nous arrivent, cherchons les correspondances.

 Nous sommes une analogie de ce système solaire.

Nos astres sont des parts de nous même, ce sont des modes et des faces de nous mêmes et des ressources. En les détaillant les unes après les autres nous les nommons, nous nous familiarisons avec ce merveilleux orchestre. Une étoile ne peut pas être uniquement «notre», elle est toujours un collectif. Et lorsque nous «  rencontrons » l’une de nos étoiles, nous rencontrons un collectif qui vibre pareillement à cette étoile.